Archives de catégorie : Les fiches de présentation des films

Les fiches de présentations rédigées par les bénévoles et présentées avant les séances « Toiles Émoi ».

Les Misérables de Ladj Ly

Un grand merci à Christophe et Sylvie Jaillet qui ont réussi à faire venir jusqu’à nous »LesMisérables » en avant- première,puisque le film ne sortira dans toutes les salles qu’à la fin du mois prochain.Il a été présenté en compétition officielle au festival de Cannes où il a reçu le prix du jury, et on vient d’apprendre qu’il a été choisi pour postuler à l’Oscar du meilleur film international( Les Oscars seront décernés le 9 février 2020 à Los Angeles)

C’est le 1er long métrage du réalisateur français d’origine malienne: Ladj Ly.Son histoire personnelle mérite qu’on s’y attarde: natif de Montfermeil dans le 93, il n’a jamais quitté son quartier où il habite encore.Sa famille , son quartier se sont réjouis d’apprendre qu’un des leurs, à 39 ans , allait représenter la France.Ils en tirent une grande fierté.

Le père de Ladj Ly, éboueur, et , sa mère restée au foyer, ont donné naissance à 13 enfants qu’ils ont encouragé à fréquenter le centre de loisirs de la cité, et c’est là, que Ladj Ly s’est initié au cinéma d’abord en tant qu’acteur puis en tant que réalisateur.il a commencé sa carrière au sein d’un collectif de cinéastes appelé Kourtrajmé, fondé en 1995 par ses amis d’enfance: Kim Chapiron , devenu scénariste et réalisateur et Romain Gavras (fils du réalisateur Costa Gavras): leurs grands -parents habitaient près de la cité.Ces jeunes gens veulent rompre les codes du cinéma français, peu représentatif , à leurs yeux de la diversité de la population fran çaise.A leur échelle , ils multiplient clips, documentaires , courts-métrages.L’élément déclencheur de leur passion a été « La Haine » de Mathieu Kassowitz, sorti en 1995, l’année de la création de leur collectif.

A 17ans Ladj Ly achète sa 1ère caméra et on pourrait dire que depuis , il ne s’est pas arrêté de filmer, délaissant les différents emplois obtenus après son BEP électrotechnique.Il filme les policiers lorsqu’ils interviennent dans le quartier et archive ainsi tout ce qui s’y passe.En 1997 il réalise son 1er court-métrage« Montfermeil les Bosquets« , en 2004, il co-écrit le documentaire » 28 millimètres » avec le photographe JR qui affiche de grands portraits sur les murs de Montfermeil.On se rappelle le film que JR avait fait avec Agnès Varda »Visages , villages ».En 2007, nouveau documentaire pour Ladj Ly « 365 jours à Clichy-Montfermeil », puis il part au Mali , réalise  » 365 jours au Mali ».2017 est une année importante pour le réalisateur: il co-réalise le film que nous avons vu ici »A voix haute »sur le concours d’éloquence des étudiants de banlieue, et la même année il tourne un court-métrage qu’il intitule »Les Misérables« ; nommé aux César 2018, ce court-métrage est récompensé par une trentaine de prix.Ce succès l’encourage à le retravailler pour en faire le long métrage que nous allons voir.Il le tourne en 6 semaines avec 3 comédiens professionnels qui jouent les policiers de la BAC: brigade anti-criminalité: » les bacqeux ».S’ajoutent à ces acteurs plus de 200 habitants de Clichy-sous-bois et de Montfermeil.Jeanne Balibar (c’est elle qui avait interprété Barbara), a accepté le rôle de la commissaire de police.Il y a 6 mois Ladj Ly , lui l’autodidacte, a ouvert une école gratuite de cinéma,dans la cité: 30places seulement sont offertes pour l’instant, pour 1500 candidatures environ.

« La banlieue, dit-il, est un vivier de talents, je ne veux plus qu’on raconte NOS histoires à NOTRE place »; pour lui, son film parle à toutes les banlieues du monde.Il affirme que tout ce qui est dans le film est fondé sur des choses vécues, fidèle à sa démarche: montrer les réalités.Il fait de sa caméra à la fois une arme de combat et un moteur d’espoir.Pour lui il y a toujours des solutions.Toutefois , avec son film , il lance un cri d’alarme à la société, aux hommes politiques ( il est prêt à faire une projection à l’Elysée) et souhaite être entendu.Préoccupé par la place des enfants qui vivent là, il formule ce qui est , pour lui, LA PRIORITE »: mettre en banlieue les moyens dans l’éducation et la culture.

Quant au titre donné au film, rappelons-nous que Victor Hugo, pour écrire son roman, s’est inspiré de la vie à Montfermeil au début du XIXème siècle.Il y a séjourné et situe l’auberge des Thénardier à Montfermeil.Mais c’est surtout la citation finale qui va donner tout son sens au titre du film.

Denise Brunet

Roubaix , une lumière

Nous vous proposons ce soir le 13ème film d’Arnaud Desplechin, tourné dans sa ville natale : Roubaix, comme nombre de ses films précédents , parmi les plus récents , on peut citer »Un conte de Noël » sorti en 2008, « 3 souvenirs de ma jeunesse » en 2015,« Les fantômes d’Ismaël » en 2017, tous réalisés autour de la maison d’enfance.

A.Desplechin s’est d’abord employé à fuir cette ville , avant d’éprouver le désir de porter un nouveau regard sur elle.Chacun de ses films poursuit ses retrouvailles avec Roubaix.

Dans ce long métrage, il voit la ville à travers les rondes quotidiennes d’un commissariat.Il semble délaisser le romanesque , l’autobiographie pour s’aventurer dans le polar social.A1ère vue, on pense qu’il va quitter ses thèmes de prédilection , mais ce n’est qu’une impression.Desplechin a toujours eu le goût pour le mystère , l’enquête.

Dans ce 1er film policier, il explore un fait divers vrai survenu en 2002.Avec cette matière extraite du réel, il fait une fiction; selon lui « la fiction gagne à être un miroir possible du réel ».Il s’est inspiré d’un documentaire diffusé en 2008 sur France3 , intitulé« Roubaix , commissariat central, affaires courantes  » de Mosco Boucault.Ce documentaire avait d’ailleurs fait sensation.Le film de Desplechin lui reste fidèle dans son découpage.Dans la 1ère partie du film , on suit les pas du commissaire Daoud et de son équipe, confrontés à la misère sociale et humaine de la ville.

Le réalisateur a choisi Roschdy Zem pour incarner Daoud, ce policier aguerri, solitaire , taciturne, doué d’une extrême compassion.Son interprétation, empreinte de dignité, de réserve, mais aussi d’un impressionnant charisme est saluée par tous ceux qui ont vu le film.Il n’a jamais aussi bien joué dit-on.Et là où Daoud paraît , la lumière s’allume ! Son savoir-faire d’enquêteur fait corps avec la ville.

. »Daoud est un oeil, une oreille  » dit de lui le réalisateur.Il est aidé par louis, joué par Antoine Reinartz, remarqué dans  » 120 battements par minute » , il avait d’ailleurs reçu le César du meilleur acteur dans un second rôle.Antoine Reinartz a un rôle délicat, celui d’un personnage maladroit, observateur, rôle dont il s’acquitte à merveille.Pour compléter le casting, ajoutons Léa Seydoux, Sara Forestier qui forment un couple de marginales.

Le jeu déployé par tous ces acteurs aurait mérité d’être salué à Cannes.Le travail de la chef-opératrice Irina Lubtchansky qui fait se côtoyer la lumière et l’ombre avec beaucoup de délicatesse est tout aussi remarquable.Dans chaque plan nocturne se devinent des lueurs porteuses de mystères .Présenté en compétition au dernier festival de Cannes, le film n’a cependant obtenu aucune récompense.

D’un univers de chômage, de misère, Arnaud Desplechin a su faire une oeuvre humaniste.Il y a des films, des scènes que nous gardons en mémoire longtemps après les avoir vus « Roubaix, une lumière » est , paraît-il , de ceux-là.

Denise Brunet

« 

Un havre de paix de Yona Rozenkier

Un havre de paix de Yona Rozenkier.

On ne compte plus les films où le conflit israélo-palestinien est en toile de fond.

On peut malgré tout citer quelques films qui sont passés ces dernières années dans les séances toiles émoi  :

  • Une bouteille à la mer (Thierry Binisti en 2010) : une jeune française installée à Jérusalem écrit une lettre suite à un attentat. Lettre qu’elle met dans une bouteille qu’elle jette à la mer et qui est ouverte par un certain gazaman.
  • Le fils de l’autre (Lorraine Levy en 2012) : Joseph apprend peu de temps avant de rentrer dans l’armée israélienne qu’il n’est pas le fils bilogique de ses parents juifs mais qu’il a été échangé à la naissance et qu’il est en fait palestinien.
  • Mon fils (Eran Riklis en 2015) : un brillant palestinien intègre un lycée juif d’excellence. Il sympathise avec un garçon atteint d’un grave maladie. Il se rapproche de la famille de ce dernier.
  • Tempête de sable (Elite Zexer en 2016) : l’amour entre une étudiante palestinienne et un étudiant juif.
  • Foxtrot (Samuel Maoz en 2017) : une bavure le long de la frontière israélo-palestinienne va faire tomber les masques d’un famille entière.

Le film de ce soir est réalisé par Yona Rozenkier. Il est né 1981 au kibboutz Yehiam au nord d’Israël. Il y a grandi et y a travaillé comme fermier, avant d’étudier le cinéma à l’université de Tel Aviv. Il a réalisé des courts métrages, puis c’est un de ses producteurs qui lui a conseillé de faire un long métrage. L’idée a rapidement germé et « un havre de paix » était né.

C’est l’histoire de 3 frères qui se retrouvent dans le kibboutz de leur enfance pour enterrer leur père. 2 jours plus tard, le plus jeune frère doit partir dans à la frontière où un conflit a éclaté. L’ainé et le cadet s’opposent, le premier veut l’endurcir, le second veut tout faire pour qu’il ne parte pas.

L’histoire est inspiré de la vie du réalisateur. Il tellement voulu que ce soit proche de lui qu’il a demandé à ses frères de jouer avec lui les rôles des frères.

Un kibboutz, un havre de paix ? Le kibboutz qui est présenté et peut paraître irréel est bien réel, il existe.

En revanche la guerre n’est jamais montrée, elle est toujours hors-champs. En revanche on l’entend.

Yona Rozenkier n’aime pas les films de guerre, les films sur la guerre réalisés par Zak Snyder ou Clint Eastwood où les soldats sont des héros. Il préfère aborder le poids terrible de la culpabilité et du doute, de personnes tiraillées par la pression machiste et sociale, de la honte d’avouer des blessures invisibles. Il va même jusqu’à parler de « virilité toxique ». Souvenez-vous, dans Foxtrot le machisme de la société israélienne était également très présent.

Ne soyez pas surtout pas anxieux il y a aussi des vrais moments d’humour burlesque et de rires sont là mais pour quels effets ?

Comme le dit le réalisateur :

« À sa création, Israël était un pays athée et séculaire où des femmes, comme la tante dans le film, se battaient pour l’indépendance. Le droit d’existence d’Israël ne doit pas devenir un droit religieux mais rester le droit laïc d’un peuple qui a été persécuté et qui, comme les Palestiniens, a droit à une terre. »

Nouveauté : dorénavant, j’essaierai dans mes présentations j’essaierai de m’imposer un dernier mot ayant un rapport très fort avec le film, ce soir ce sera : tuyau d’arrosage.

Bonne séance.

Philippe Malinge

Yesterday

Le titre du film de ce soir »Yesterday, « Hier, » évoque bien-sûr la célèbre chanson des Beatles,un des plus grands groupes de l’histoire du rock, né à Liverpool, en 1960, mais ce titre traduit peut-être aussi un certain regret du passé de la part du réalisateur Dany Boyle.il se penche ici sur la grande histoire de la culture pop britannique.

Danny Boyle célèbre depuis ses 8 Oscars obtenus en 2008 pour » Slumdog Millionnaire, » a connu également le succès avec ses films suivants comme « Love Actually »,ou « Trainspotting ».Débordant d’activités il s’était chargé de la mise en scène des JO de Londres et il y a quelques mois encore il était sur le point de s’attaquer à un nouveau James Bond, mais il y a finalement renoncé.

Richard Curtis, son scénariste, Britannique de 63 ans, est moins connu du grand pub lic, toutefois il est l’auteur du scénario de « 4 mariages et un enterrement » et de « Coup de foudre à Notting Hill ».

Richard Curtis , un inconditionnel des Beatles , et Dany Boyle ont voulu rendre hommage à l’immense héritage et à l’influence toujours rayonnante des Beatles, en explorant le thème de l’uchronie; uchronie s’écrit ch , c’est le même radical qu’on retrouve dans chronologie, chronomètre… donc cela a un rapport avec le temps.Je crois que Danièle avait déjà eu l’occasion de nous définir ce genre cinématographique: il s’agit d’un récit d’événements fictifs à partir d’un point de départ historique.L’uchronie décrit ici un monde parallèle où personne ne se souviendrait des Beatles, sauf le personnage principal, un jeune guitariste, interprété par Himesh Patel: c ‘est son premier rôle au cinéma.Selon Dany Boyle« il est épatant ».

Richard Curtis a mêlé, dans son scénario, une comédie romantique et une satire de l’industrie musicale.On va découvrir comment les plus grands tubes sont composés, tout en suivant les arcanes du business de la musique.L’Angleterre est un in croyable vivier de talents musicaux: outre les Beatles, on peut citer les Rolling Stones, Oasis, Queen, et plus récemment Ed Sheeran, qui se retrouve au casting de Yesterday.Ed Sheeran est auteur-compositeur et interprète du succès mondial« Shape of you ».Sa ville natale Ipswich célèbre en ce moment l’enfant du pays devenu star de la pop.Il est en photo dans nombre de journaux , magazines, et même dans le Progrès d’hier.Dans le film il se livre à un numéro d’autodérision,très drôle. On verra également Lily James qui a joué dans « Cendrillon », dans « Mamma Mia ».

Je ne peux terminer cette présentation sans vous dire que le film fait actuellement l’objet d’une polémique: on a remarqué énormément de similitudes avec la comédie fantastique de Laurent Tuel , sortie en 2006, appelée « Jean-Philippe »: dans ce film , un fan de Johnny Hallyday, in terprété par Fabrice Lucchini, se retrouvait dans un monde où son idole était un parfait inconnu. On dit également que le scénario est calqué sur une BD française intitulée, elle aussi »Yesterday », parue en 2011.Son auteur David Blot a pensé qu’il n’aurait aucune chance de dénoncer le plagiat face aux géants des studios.Il s’est contenté de mettre en ligne l’intégralité de la BD en français et en anglais.

Quant aux deux membres encore vivants des Beatles, Paul McCartney et Ringo Starr, ainsi que les héritiers de John Lennon et George Harrison, ils ont donné très volontiers leur autorisation pour reprendre toutes leurs chansons.Le film terminé leur a été envoyé et en réponse, le réalisateur a reçu  » d’adorables lettres » dit-il.

Ce long métrage va nous permettre de redécouvrir un répertoire qui donne envie d’écouter ce groupe, qui, indéniablement, a marqué l’imaginaire collectif.

Denise Brunet

Zombi Child, Bertrand Bonello

ZOMBI CHILD  – Bertrand BONELLO – 19 aout 2019 – Présentation Marion Magnard

Bertrand Bonello est né à Nice en 1968. Il partage sa vie entre Paris et Montréal où est née  sa compagne  Josée Deshaies, chef opérateur. Elle a été directrice de la photographie de la plupart de ses films. Ils ont une fille, Anne Mouchette.

Musicien de formation classique, il commence par accompagner de nombreux chanteurs en tournées, et notamment  Françoise Hardy. Parallèlement, sans doute  sous l’influence de sa compagne, il tourne des courts métrages. En 1996 il adapte  pour le cinéma « Qui je suis », un  long poème autobiographique de Pasolini. Passionné par ce travail, il décide de se consacrer davantage au cinéma, sans abandonner la musique.  Il continuera à composer, mêlant instruments classiques  et synthétiseurs.

En 1998, il tourne son premier long métrage «  Quelque chose d’organique » qui est sélectionné d’emblée au festival de Berlin. Les critiques le placent  dans la nouvelle génération de cinéastes qui étudient les rapports entre  les relations charnelles et mentales. 

En 2003, son film  « Tiresia »,  symphonie d’images très belles à interprétations multiples,  mélange transsexualité, mythes,  religions, musique de Bethoven et musique brésilienne….

En 2004, « Le Pornographe », avec Jean Pierre Léaud, évoque les rapports Père Fils, le métier de cinéaste, l’engagement politique.

La consécration lui arrive avec  « L’Apollonide ou les souvenirs d’une maison close » en 2011, distribution étincelante et images superbes, et  en 2014 le biopic très cru sur la vie d’Yves Saint Laurent. Habituellement, les cinéastes cherchent des producteurs pour réaliser leur projet, mais cette fois ce sont les producteurs  qui ont chargé Bonello de réaliser le film. Son succès est dépassé de très peu par le biopic de Jalil  Lespert, sur le même sujet, un peu moins cru,  sorti en même temps.

ZOMBI CHILD, que vous découvrez ce soir, a été présenté à Cannes à la Quinzaine des Réalisateurs. C’est un  film étonnant,  plus intimiste que les précédents, moins coûteux, tourné  rapidement, sans stars. Il a écrit le scénario et composé la bande-son, très remarquable.

C’est un mélange de mystique ,  de surnaturel , de  contemporain,  de trivial, navigant entre croyance, réalité et doute, entre 1962 et 2017, entre Haïti et le Pensionnat de la Légion d’Honneur dans la Seine Saint Denis . Et vous apprendrez beaucoup sur le Vaudou car Bertrand Bonello a fait de très sérieuses recherches.

Pour lui, le zombie n’est pas une figure folklorique, c’est le souvenir persistant d’un préjudice effroyable, c’est l’effarante réalité de l’esclavage. Et il imagine les conséquences de l’arrivée d’une haïtienne, avec toute son histoire,   à la Maison d’Education de la Légion d’Honneur, créée  par Napoléon Ier  qui en même temps est revenu sur l’abolition de l’esclavage votée par  la Révolution, sous l’influence de Robespierre. Cette maison  a un cadre de conduite rigide, une exigence de la réussite, qui amèneront   certaines élèves plus rebelles à avoir besoin de se créer une existence parallèle.

Et vous n’oublierez pas les magnifiques images  des évocations du visage de sa femme par Clairvius, ou de celui de l’amoureux peut être imaginaire de Fanny…. 

La femme de mon frère, Monia Chokri

La femme de mon frère, de Monia Chokri.

La femme de mon frère est le 1erfilm de Monia Chokri mais celle-ci n’est pas une inconnue dans le monde du cinéma. En effet, cette jeune femme née à Québec en 1983 a suivi une formation au conservatoire d’art dramatique de Montréal jusqu’en 2005 et, après avoir fait du théâtre, a tenu des rôles importants dans les films de Denis Arcand et Xavier Dolan. Elle a notamment joué dans Les Amours imaginaires, et Laurence Anywaysaux côtés de Melvil Poupaud. On a pu la voir également dans le film de Katell Quillévéré, Réparer les vivants. En 2013, elle réalise son 1ercourt-métrage qui obtient de nombreux prix et cette année, elle a obtenu le prix Coup de cœur du jury de la section « Un certain regard » à Cannes pour le film de ce soir. 

Le point de départ à l’origine de ce film est la relation de la réalisatrice avec son propre frère et le souvenir du moment où celui-ci est tombé amoureux, et où elle a pu observer chez lui des comportements amoureux proches de ceux qu’il avait avec elle, sa sœur. Elle a voulu faire un film sur l’apprentissage de l’amour, sur la famille. L’actrice principale, Anne-Elisabeth Brossé, est peu connue en France mais très célèbre au Québec ; c’est aussi une amie de la réalisatrice qui a joué avec elle dans Les Amours imaginaires. 

Le film oscille constamment entre la comédie féministe sur les mésaventures d’une célibataire trentenaire surdiplômée et le film d’auteur par ses nombreuses références cinématographiques. On peut en effet repérer l’influence de Xavier Dolan, bien sûr certains critiques parlent même de film « dolanien » avec son énergie,  son montage rapide, ses séquences musicales, son univers coloré. Mais on peut aussi trouver des échos de l’œuvre de Godard ou encore d’Almodovar, au risque même d’obtenir un effet kaléidoscope qui nuit parfois à la cohérence du film. 

Mais n’oublions pas qu’il s’agit d’un premier long métrage et voyons s’il nous donne envie de découvrir les œuvres futures de Monia Chokri. 

SYBYL de Justine TRIET

SIBYL – Justine TRIET – 11 juillet 2019-

Justine Triet est née en Normandie en 1978. Bien que diplômée de l’Ecole Nationale des Beaux Arts de Paris, elle décide d’être comédienne. Puis elle bifurque vers la technique, videos, courts métrages, documentaires.

Dès son premier film, la Bataille de Solférino, en 2013, on comprend  que son truc, c’est de mélanger, tambour battant, de multiples strates qu’elle monte ensuite comme des œufs en neige. Dans la bataille de Solférino, les strates ce sont la garde alternée des enfants, le deuxième tour des élections présidentielles…

En 2016, Victoria, son deuxième film, voit la rencontre explosive de la réalisatrice et de l’actrice Virginie Efira , deux piles atomiques de même intensité, et curieusement semblables, allant jusqu’à avoir toutes les deux un frère prénommé Jorrick  ! Virginie Efira qui joue une avocate au bord de la crise de nerfs, dira de Justine Triet « qu’elle lui a ouvert un nouvel espace de jeu d’actrice  ».

Et précisément, Justine Triet adore créer « des personnages féminins  qui respectent l’ordre puis les démolir et les regarder chuter ».

Et c’est ainsi que dans SIBYL, son 3ème film, elle présente une Virginie Efira que nous avons l’habitude de voir plus simple et plus solaire, même si déjà dans « Le grand bain » et « Victoria » elle jouait des personnalités plus complexes. Et je gage que vous serez surpris par des scènes crues et torrides…Nous découvrons une nouvelle Virginie Efira, « avec une puissance de jeu, une capacité de métamorphoses, entre raison et folie » qui peut rappeler Gena Rowlands

La distribution comprend également Laure Calamy, Adèle Exarchopoulos, Sandra Hüller, Gaspard Ulliel, Niels Schneider. Schneider a dejà joué ave Virginie Efira dans « un amour impossible » de Catherine Corsini.

Le scénario brasse beaucoup de thèmes, la réalité et son déni, le travail, la famille, la création, tout est lié et imbriqué.

Et Justine explique  : « je voulais parler de ce vertige face à une autre jeune femme, soudain confrontée à une sorte de portrait inversé d’elle-même » Et elle précise qu’elle a réalisé son film en s’inspirant d’ « Opening night » de Cassavetes et  d’ « Eve » « de Mankiewiez. Nous pouvons penser aussi à « Sils Maria » d’Olivier Assayas.

Avec SIBYL, Justine est en compétition à Cannes, enceinte de 8 mois et demi. Elle fait observer qu’elles sont 3 réalisatrices à être sélectionnées. Ce n’est pas la parité mais c’est un début ! Elle raconte en riant : « Je ne sais pas ce qui m’a pris de faire un bébé pendant le tournage. La montée des marches, c’est un truc dont on rêve toutes, et là… » Mais elle a assumé crânement, en tailleur pantalon noir et blanc sur le tapis rouge.

Certains ont jugé sévèrement le film, le trouvant trop bobo, trop fabriqué, d’autres au contraire ont été touchés par la masse d’émotion qu’il dégage. Maintenant, à vous de voir …

Lourdes

Lourdes est un des pélerinages chrétiens les plus fréquentés au monde; chaque année plus de 3 millions de pélerins s’y rendent depuis qu’en 1858 Bernadette Soubirous a assisté à plusieurs apparitions de la Vierge.La vie de Bernadette a fait l’objet d’adaptations au cinéma, de nombreux documentaires se sont emparés du sujet.Des films de fiction ont été tournés à Lourdes: on se rappelle  » Miraculé  » de J.P.Mocky ou plus récemment « Lourdes  » avec Sylvie Testud, Léa Seydoux sorti en 2011.Toutefois dans cette moisson de films, le documentaire que nous allons voir marque une date: tout d’abord c’est le 1er documentaire sur Lourdes (à la grande surprise des cinéastes quand ils ont fait les recherches ), et surtout c’est la 1ère fois qu’un film s’intéresse aux pélerins et à leurs accompagnateurs.

Il a été tourné par Thierry Demaizière et Alban Teurlai.il s’agit du 3ème film de ces réalisateurs très éclectiques: en effet après s’être intéressés à la danse dans « Relève: histoire d’une création » consacré au danseur et chorégraphe Benjamin Millepied, ils ont signé en 2016 un portrait de Rocco Siffredi.Thierry Demaizière s’est fait connaître à la TV dans le cadre de l’émission du dimanche de TF1″ Sept à huit ».

Durant 10 mois ils sont allés à la rencontre des malades et des bénévoles qui les accompagnent et veillent sur eux .On compte 3 bénévoles par personne.Leur projet est né d’un récit fait par une de leurs amies qui revenait de Lourdes où elle avait officié en tant qu’hospitalière.En l’écoutant, ils ont pensé qu’il y avait là matière à un documentaire pour le cinéma.Ils ont demandé à 3 enquêtrices d’appeler tous les diocèses pour faire part de leur projet, leur souhait étant de suivre des pélerins aux origines sociales et hexagonales très diverses et dont les destins ont une valeur universelle.

Etant donné l’afflux de pélerins »Lourdes est une organisation militaire » selon leurs propres mots, les horaires sont millimétrés.Les réalisateurs ont suivi le déroulement d’une journée-type pour structurer leur film; uns dizaine de pélerins de tous âges, de tous horizons ont été filmés.Tout a été enregistré sur place y compris les voix et les chants.

Sur le plan techn ique, dans la séquence d’ouverture, ils utilisent de très gros plans mais la plupart du temps ils privilégient les plans rapprochés afin d’être très près des gens.Les quelques plans larges sont toujours des plans de foules ou des plans sur la cathédrale, ce qui donne une idée de fourmillement et de gigantisme de la ville.

Avant de filmer, les cinéastes se sont posé un certain nombre de questions.Comment approcher la détresse sans l’exploiter? Comment saisir l’espoir , venu chercher, sans le dénaturer ? Ils ont répondu à ces interrogations en filmant toujours à une distance respectueuse et en soignant particulièrement les cadres , la photo elle-même, le montage » C’est une façon de rendre honneur aux gens que nous avons filmés » dit T.Demaizière.

ils n’ont pas voulu faire un film sur l’Eglise , sur la religion.Alban Teurlai se dit athée et T.Demaizière agnostique.Ce n’est pas non plus un brûlot anticlérical tant ils respectent la croyance intime.Ce n’est pas non plus un pamphlet contre la débauche commerciale, rapidement évoquée.« C’est un film sur la condition humaine » disent-ils.ils ont souhaité cerner les contours de la souffrance solidaire.Cette solidarité, parmi les bénévoles également, est d’autant plus frappante, qu’ailleurs elle se fait plus rare.La mise en scène délicate atténue les lourdeurs des invalidités que trop souvent nous ne voulons pas voir, nous qui sommes accoutumés à la dictature de l’apparence.

Selon les cinéastes, il suffit de poser ses caméras à Lourdes pour découvrir un lieu où le regard est bienveillant,un lieu où l’on trouve l’apaisement à défaut du miracle, un lieu qui redonne espoir.

Rarement documentaire n’aura dégagé une telle force.Devant le succès rencontré auprès du public, la société de production a d’ailleurs décidé de doubler le nombre de copies.

Denise Brunet

Parasite

Depuis le début du mois, nous faisons la part belle aux films primés à Cannes, après « The dead don’t die  » présenté en ouverture du festival, « Douleur et gloire » qui a valu à Antonio Banderas le prix d’interprétation masculine , « Le jeune Ahmed » pour lequel les Frères Dardenne se sont vus attribuer le prix de la mise en scène, voici ce soir« Parasite » qui a reçu la palme d’or.:1ère palme d’or décernée à un film coréen.Pour une fois, la critique et le jury étaient d’accord sur le nom du réalisateur: Bong Joon-Ho.

A 50 ans , il nous propose son 7ème long métrage.Citons quelques -uns de ses films précédents: »Memories of murder« , » The host », « Okja » avec lequel il a soulevé en 2017 une polémique liée à Netflix ( c’était alors sa 1ère participation à la compétition de Cannes) , tous ses films critiquent la société capitaliste et traitent de la lutte des classes.Il est connu pour son approche sociale très engagée et volontiers caustique.

Pour la 2 ème année consécutive, un cinéaste asiatique repart avec la palme d’or.Bong Joon -Ho succède au Japonais Hirokazu Kore-Eda récompensé l’an dernier pour « Une affaire de famille » qui suivait déjà des oubliés de la société.Il est à remarquer que les 2 films ont des thèmes proches.Dans la tradition coréenne on voue à la famille un véritable culte, la famille l’emporte sur les divisions des classes sociales.

Bong Joon-Ho a eu l’idée de ce film il y a 6 ans, elle lui a été inspirée par un fait divers qui l’avait frappé.Pour autant il n’en a pas fait une transcription parfaite, car il dit « fonc tionner à l’instinct » lorsqu’il écrit.

Dans sa conférence de presse à Cannes, le réalisateur a recommandé d’aller voir » Parasite » sans ne rien savoir de l’intrigue, afin d’entretenir le mystère et de rester ouvert au rythme frénétique des rebondissements.Il a d’ailleurs écrit une lettre à l’intention des journalistes leur demandant instamment de ne rien dévoiler., pas plus qu’il ne l’a fait lors de la conférence. »C’est une comédie sans clowns, une tragédie sans méchants » leur a-t-il lancé en les laissant bien entendu sur leur faim; à une question plus pressante sur l’histoire, il répond »il s’agit d’un grand 8 émotionnel » ce qui ne les renseignait pas davantage.Il a également été interrogé sur le titre : pas de « s » à Parasite » Vous allez cependant voir DES parasites » a-t-il simplement rétorqué.

Nous allons donc respecter sa demande de discrétion à l’égard de l’intrigue et nous laisser aller au plaisir de la découverte.Nous ajouterons simplement qu’il s’agit d’un mélange d’humour noir, de satire politique et sociale sans manichéisme, de suspense, ce qui caractérise son style.Il a également coutume de mélanger les genres: ici , avec une grande habileté, il jongle avec le registre de la comédie, celui de la fable politique, et enfin celui du drame social.La bande-son mêle la musique originale à des extraits de l’opéra de Haendel: « Rodelinda » qui date du XVIII ème siècle.En recevant son prix , Bong Joon -Ho a rendu hommage à Henri-Georges Clouzot,à Chabrol,et à Hitchcock, peut-être pourra -t-on retrouver quelques clins d’oeil à ces 3 réalisateurs dans le film.

Je vous souhaite de passer une bonne soirée avec ce film , qui , selon un critique « fait rire, frémir, réfléchir ».Et si vous voulez rencontrer le réalisateur, sachez que Bong Joon-Ho sera l’invité du Festival Lumière en octobre prochain.

Denise Brunet

«