Archives de l’auteur : Danièle Mauffrey

Zombi Child, Bertrand Bonello

ZOMBI CHILD  – Bertrand BONELLO – 19 aout 2019 – Présentation Marion Magnard

Bertrand Bonello est né à Nice en 1968. Il partage sa vie entre Paris et Montréal où est née  sa compagne  Josée Deshaies, chef opérateur. Elle a été directrice de la photographie de la plupart de ses films. Ils ont une fille, Anne Mouchette.

Musicien de formation classique, il commence par accompagner de nombreux chanteurs en tournées, et notamment  Françoise Hardy. Parallèlement, sans doute  sous l’influence de sa compagne, il tourne des courts métrages. En 1996 il adapte  pour le cinéma « Qui je suis », un  long poème autobiographique de Pasolini. Passionné par ce travail, il décide de se consacrer davantage au cinéma, sans abandonner la musique.  Il continuera à composer, mêlant instruments classiques  et synthétiseurs.

En 1998, il tourne son premier long métrage «  Quelque chose d’organique » qui est sélectionné d’emblée au festival de Berlin. Les critiques le placent  dans la nouvelle génération de cinéastes qui étudient les rapports entre  les relations charnelles et mentales. 

En 2003, son film  « Tiresia »,  symphonie d’images très belles à interprétations multiples,  mélange transsexualité, mythes,  religions, musique de Bethoven et musique brésilienne….

En 2004, « Le Pornographe », avec Jean Pierre Léaud, évoque les rapports Père Fils, le métier de cinéaste, l’engagement politique.

La consécration lui arrive avec  « L’Apollonide ou les souvenirs d’une maison close » en 2011, distribution étincelante et images superbes, et  en 2014 le biopic très cru sur la vie d’Yves Saint Laurent. Habituellement, les cinéastes cherchent des producteurs pour réaliser leur projet, mais cette fois ce sont les producteurs  qui ont chargé Bonello de réaliser le film. Son succès est dépassé de très peu par le biopic de Jalil  Lespert, sur le même sujet, un peu moins cru,  sorti en même temps.

ZOMBI CHILD, que vous découvrez ce soir, a été présenté à Cannes à la Quinzaine des Réalisateurs. C’est un  film étonnant,  plus intimiste que les précédents, moins coûteux, tourné  rapidement, sans stars. Il a écrit le scénario et composé la bande-son, très remarquable.

C’est un mélange de mystique ,  de surnaturel , de  contemporain,  de trivial, navigant entre croyance, réalité et doute, entre 1962 et 2017, entre Haïti et le Pensionnat de la Légion d’Honneur dans la Seine Saint Denis . Et vous apprendrez beaucoup sur le Vaudou car Bertrand Bonello a fait de très sérieuses recherches.

Pour lui, le zombie n’est pas une figure folklorique, c’est le souvenir persistant d’un préjudice effroyable, c’est l’effarante réalité de l’esclavage. Et il imagine les conséquences de l’arrivée d’une haïtienne, avec toute son histoire,   à la Maison d’Education de la Légion d’Honneur, créée  par Napoléon Ier  qui en même temps est revenu sur l’abolition de l’esclavage votée par  la Révolution, sous l’influence de Robespierre. Cette maison  a un cadre de conduite rigide, une exigence de la réussite, qui amèneront   certaines élèves plus rebelles à avoir besoin de se créer une existence parallèle.

Et vous n’oublierez pas les magnifiques images  des évocations du visage de sa femme par Clairvius, ou de celui de l’amoureux peut être imaginaire de Fanny…. 

Après-midi conviviale à Ambronay le 31 août

Pour le lancement de la saison 2019 – 2020

Toiles Emoi offre aux adhérents à jour de la cotisation 2018 – 2019 

une après-midi conviviale 

lesamedi 31 Août 2019.

Déroulement de l’après midi :

  • 14H. Rendez-vous devant l’abbaye d’Ambronay pour une visite guidée du village. Suivie du pot de l’amitié

————————————————————————————————————————

Réponse à donner avant le 26 Août

  • Au Ciné Festival à déposer dans la boite aux lettres.
  • Par mail : contact@toiles-emoi.fr
  • Au téléphone de Mr Martin Sisteron 07 70 58 90 83

Prix de la journée : Gratuit pour les adhérents de Toiles Emoi

5pour les autres.

Nom : ___________________                               Prénom : ________________

Nombre de participant Adhérent         : _____  x 0€ 

Nombre de participant non Adhérent : ______x 5€ = _______€

Règlement libellé à l’ordre de Toiles Emoi

La femme de mon frère, Monia Chokri

La femme de mon frère, de Monia Chokri.

La femme de mon frère est le 1erfilm de Monia Chokri mais celle-ci n’est pas une inconnue dans le monde du cinéma. En effet, cette jeune femme née à Québec en 1983 a suivi une formation au conservatoire d’art dramatique de Montréal jusqu’en 2005 et, après avoir fait du théâtre, a tenu des rôles importants dans les films de Denis Arcand et Xavier Dolan. Elle a notamment joué dans Les Amours imaginaires, et Laurence Anywaysaux côtés de Melvil Poupaud. On a pu la voir également dans le film de Katell Quillévéré, Réparer les vivants. En 2013, elle réalise son 1ercourt-métrage qui obtient de nombreux prix et cette année, elle a obtenu le prix Coup de cœur du jury de la section « Un certain regard » à Cannes pour le film de ce soir. 

Le point de départ à l’origine de ce film est la relation de la réalisatrice avec son propre frère et le souvenir du moment où celui-ci est tombé amoureux, et où elle a pu observer chez lui des comportements amoureux proches de ceux qu’il avait avec elle, sa sœur. Elle a voulu faire un film sur l’apprentissage de l’amour, sur la famille. L’actrice principale, Anne-Elisabeth Brossé, est peu connue en France mais très célèbre au Québec ; c’est aussi une amie de la réalisatrice qui a joué avec elle dans Les Amours imaginaires. 

Le film oscille constamment entre la comédie féministe sur les mésaventures d’une célibataire trentenaire surdiplômée et le film d’auteur par ses nombreuses références cinématographiques. On peut en effet repérer l’influence de Xavier Dolan, bien sûr certains critiques parlent même de film « dolanien » avec son énergie,  son montage rapide, ses séquences musicales, son univers coloré. Mais on peut aussi trouver des échos de l’œuvre de Godard ou encore d’Almodovar, au risque même d’obtenir un effet kaléidoscope qui nuit parfois à la cohérence du film. 

Mais n’oublions pas qu’il s’agit d’un premier long métrage et voyons s’il nous donne envie de découvrir les œuvres futures de Monia Chokri. 

The dead don’t die, Jim Jarmusch

The Dead Don’t Die, Jim Jarmush

Si vous êtes ici ce soir, c’est que vous avez sans doute déjà entendu parler de ce film. En effet, il a été à l’honneur au festival de Cannes dont il a récemment fait l’ouverture, et il n’était pas le seul film de zombie présent sur la Croisette, puisque les festivaliers ont également pu voir Zombi Child, de Bertrand Bonello, situé en Haîti, terre des sortilèges vaudou.

Jim Jarmusch a 66 ans et il fait des films depuis 1980. Au cours de sa carrière, il s’est essayé à tous les styles de façon souvent décalée, sans jamais s’enfermer dans les limites d’un genre. Dans sa filmographie je retiens en particulier Dead man, entre western et « river movie » où Johnny Depp dérive sur une rivière en territoire indien sur la musique de Neil Young, en 1995 ; Ghost dogavec Forest Whitaker éleveur de pigeons et tueur à gages philosophe, en 1999 ; Only lovers left alive, avec son couple de vampires dandys, ayant traversé les siècles en cultivant leur amour de la musique et de la littérature entre Tanger et   Détroit.

Jim Jarmusch fait partie de ces cinéastes qui aiment s’entourer d’une « famille » d’acteurs avec lesquels ils tournent de film en film. Dans le film de ce soir on va retrouver , entre autres, Adam Driverqui a joué dans PatersonBill Murray,qui jouait dans Coffee and cigarettes, Broken flowers, The limits of control ; Steve Buscemi, qu’on a vu dans Mistery Train, Dead man, Coffee… ; les chanteurs Iggy Pop(Dead man, Coffee…) et Tom Waits(Down by law, Mistery Train, Coffee…)ainsi que Tilda Swinton (Broken Flowers, The Limits of control, Only lovers…). Jarmush sait utiliser ses acteurs dans des emplois inhabituels, et le film de ce soir n’est pas en reste et donne l’impression que cette bande de vieux  copains s’est bien amusée dans ses rôles de déterrés ou de pépères plus ou moins tranquilles. 

Les films de zombies, comme beaucoup de films de genres, sont généralement l’occasion d’un regard sur la société de leur époque. Lorsque Georges Romero réalise en 1968 La Nuit des morts vivants, film culte du genre, il y met ses convictions politiques : il parle indirectement de la ségrégation (son héros noir est abattu par la police qui le prend pour un zombie) et de la guerre du Viet Nam. D’autres films utilisent le genre pour tourner en dérision la société de consommation, ou encore la folie des scientifiques. On peut voir aussi dans le film de ce soir la satire d’une Amérique réactionnaire.

Mais avant tout, ce film est une comédie, voire une farce, à prendre au 4èmedegré. Il s’agit plus d’une parodie que d’un film profondément engagé. Jim Jarmusch s’est manifestement amusé à parodier ses prédécesseurs et à disséminer dans son film tout un tas de références peut-être pas toujours évidentes à décrypter. Je souhaite que cette pochade vous amuse et vous fasse passer un bon moment ! 

Les Eternels

Les ETERNELS , de JIA ZHANGKE – 20 mai 2019

JIA  ZHANGKE est né en Chine en 1970, dans la province de Shanxi au nord de Pékin. Il commence des études de peinture, puis hésite entre  Littérature et  Cinéma. Il écrit un roman, puis  s’inscrit à l’Académie du Film de Pékin. En 1997, il en sort diplômé et tourne des courts métrages.

Le développement  dans les années 80 / 90 du téléphone portable et de l’internet entraîne une sorte d’abaissement des barrières entre les pays. Et les chinois voient  les films de leurs voisins, Taïwan,  Hong Kong et Inde. 

JIA ZHANGKE  réalise, avec de très faibles moyens, ses   premiers longs métrages sur la réalité de la Chine d’aujourd’hui.  ZHANGKE  n’est pas un rebelle, mais il n’est pas non plus « aligné ». Il n’a pas peur de porter un regard personnel sur son pays. Ses films ne sont pas interdits, mais ils ne sont pas  diffusés. Alors  ZHANGKE  trouve d’autres circuits et ses films sont  présentés hors de  Chine et notamment en France, d’abord au festival des 3 Continents de Nantes (il faut noter la réactivité culturelle de cette ville),  puis à celui de Cannes. 

« A touch of sin » a remporté le prix du scénario au festival de Cannes 2013, et  « Au-delà des Montagnes » le Carrosse d’Or de la quinzaine des Réalisateurs en 2015. Les qualités du cinéaste étant maintenant reconnues mondialement, il  n’a plus désormais en Chine   de problème de distribution. Toutefois, la critique chinoise a tendance à contester de plus en plus son analyse de la situation économique et de là politique du pays.

Le titre anglais des  ETERNELS, son 8èmefilm,  « Ash is purest White » est l’équivalent  de :   « rien n’est plus blanc et pur que la cendre ». Vous allez voir  un grand film,  noir, puissant,  avec une première partie   à la Martin Scorcese, et la deuxième évoquant plutôt Wong  Kar Waï.  Et les personnages circulent  dans l’histoire de la Chine du 21èmesiècle  comme les personnages de Balzac  dans  la France du19ème …Vous trouverez aussi quelque chose d’assez rare dans les films asiatiques : de l’humour mais un humour un peu sec, un peu cinglant. La mise en scène, le cadrage, sont  superbes. 

Certains réalisateurs ont connu une véritable complicité avec une de leurs interprètes : Godard et Anna Karina, Fassbinder et Hanna Schygulla, Max Ophuls et Danielle Darrieux, André Téchiné et Catherine Deneuve. Et comme Cassavetes a rencontré Gena Rowlands,   ZHANGKE a découvert  ZHAO TAO, danseuse de formation, comédienne d’une extraordinaire justesse,  qui est devenue son alter ego puis sa femme. Tous les critiques conviennent qu’elle porte littéralement le film. Et l’on voit évoluer  à la fois la Chine, le cinéaste (qui a mis trois ans à la réalisation) et  l’actrice, dans un film qui est à la fois policier, romantique, mélodramatique,  politique et philosophique.

L’accueil au Festival de Cannes 2018 a été mitigé, certains, enthousiasmés, lui attribuaient  indiscutablement la Palme, d’autres n’ont pas accroché, trouvé le film trop long, trop dense, trop brouillon, et n’ont pas apprécié les « sauts de temps » qui découpent  les 16 années où se déroule  le film.

Et le Jury de Cannes  a attribué  la Palme au film japonais « Une affaire de famille » de Hirokazu Kore Eda, et  décerné aux Eternels son « grand prix du Jury ».