Archives de l’auteur : Danièle Mauffrey

So long, my son, de WANG Xiaoshuai

Même si les vacances se terminent, c’est à un long voyage que nous invitons ce soir. Un voyage de 3h ensemble dans cette salle, mais surtout un voyage de plus de 30 ans dans la Chine des années 80 à nos jours. 

Le réalisateur, Wang Xiaoshuai, est né en 1966 à Shanghaï et a étudié son art à l’académie de cinéma de Pékin. So long, my son est son 13èmelong métrage.

Le talent du réalisateur, grâce auquel ces 3h pourraient vous paraitre bien courtes, c’est de nous raconter l’histoire de son pays à travers le prisme d’un couple confronté à la politique de l’enfant unique, qui a régné en Chine de 1979 à 2015. Ce couple modeste et exemplaire montre, pour le réalisateur, que les Chinois ne sont pas maîtres de leur vie, ayant pris l’habitude, pour des raisons politiques, de faire primer le collectif sur les destins individuels. Il a trouvé important de s’intéresser à cette génération sacrifiée de parents d’enfants uniques et d’observer en quoi cette politique a pu influencer le cours de leur vie. 

Mais il nous fait aussi assister à l’évolution de la Chine : la désindustrialisation et la transformation des villes chinoises. Pour nous retracer ces 30 ans, il adopte une construction en forme de puzzle, nous faisant passer d’une époque à une autre sans continuité linéaire, ni dans le temps ni dans l’espace. Cette construction lui a paru nécessaire afin de réussir à concentrer ces 30 années en 3h, même si elle peut paraître déroutante, il la justifie ainsi : « Je suis bien sûr conscient que ma structure en puzzle fait passer le spectateur par des zones de flou, des moments d’incertitude, mais ces incertitudes sont levées ensuite et n’empêchent pas de ressentir les émotions au présent de chaque séquence : c’est-à-dire les souffrances des personnages, les difficultés et vicissitudes de l’existence ».Vous prendrez conscience de la richesse de cette structure dès la séquence d’ouverture, qui nous montre successivement le même lac à 2 époques différentes, et nous permet de comprendre sans nous le montrer qu’un drame a eu lieu. 

Ce film est donc à la fois une grande fresque historique, dont les détails et les reconstitutions ont été particulièrement soignés, et permettent aux Chinois au moins, de reconnaître chacune des époques évoquées sans nécessiter d’explications. Mais c’est aussi un grand mélodrame pudique, parfaitement incarné , sans démonstration excessive, par 2 acteurs qui ont reçu tous deux l’ours d’argent pour leur interprétation au festival de Berlin. Le réalisateur les a choisis car ils ont la 50aine et ont eux-mêmes connu cette époque, si bien qu’il leur a surtout demandé de laisser apparaître leur propre ressenti sur  cette période et cette politique.

Un dernier mot sur le titre du film, qui peut agacer : encore un titre anglais non traduit, et pour un film chinois : quel intérêt ? Eh bien pour cette fois, on peut admettre que le choix est justifié car le français n’a pas l’équivalent de cette formule « so long » qui exprime à la fois l’idée d’un au-revoir, mais aussi d’une durée sans  délimitation. 

N’hésitez donc pas à vous laisser porter par les faits racontés et les émotions qu’ils procurent. 

Zombi Child, Bertrand Bonello

ZOMBI CHILD  – Bertrand BONELLO – 19 aout 2019 – Présentation Marion Magnard

Bertrand Bonello est né à Nice en 1968. Il partage sa vie entre Paris et Montréal où est née  sa compagne  Josée Deshaies, chef opérateur. Elle a été directrice de la photographie de la plupart de ses films. Ils ont une fille, Anne Mouchette.

Musicien de formation classique, il commence par accompagner de nombreux chanteurs en tournées, et notamment  Françoise Hardy. Parallèlement, sans doute  sous l’influence de sa compagne, il tourne des courts métrages. En 1996 il adapte  pour le cinéma « Qui je suis », un  long poème autobiographique de Pasolini. Passionné par ce travail, il décide de se consacrer davantage au cinéma, sans abandonner la musique.  Il continuera à composer, mêlant instruments classiques  et synthétiseurs.

En 1998, il tourne son premier long métrage «  Quelque chose d’organique » qui est sélectionné d’emblée au festival de Berlin. Les critiques le placent  dans la nouvelle génération de cinéastes qui étudient les rapports entre  les relations charnelles et mentales. 

En 2003, son film  « Tiresia »,  symphonie d’images très belles à interprétations multiples,  mélange transsexualité, mythes,  religions, musique de Bethoven et musique brésilienne….

En 2004, « Le Pornographe », avec Jean Pierre Léaud, évoque les rapports Père Fils, le métier de cinéaste, l’engagement politique.

La consécration lui arrive avec  « L’Apollonide ou les souvenirs d’une maison close » en 2011, distribution étincelante et images superbes, et  en 2014 le biopic très cru sur la vie d’Yves Saint Laurent. Habituellement, les cinéastes cherchent des producteurs pour réaliser leur projet, mais cette fois ce sont les producteurs  qui ont chargé Bonello de réaliser le film. Son succès est dépassé de très peu par le biopic de Jalil  Lespert, sur le même sujet, un peu moins cru,  sorti en même temps.

ZOMBI CHILD, que vous découvrez ce soir, a été présenté à Cannes à la Quinzaine des Réalisateurs. C’est un  film étonnant,  plus intimiste que les précédents, moins coûteux, tourné  rapidement, sans stars. Il a écrit le scénario et composé la bande-son, très remarquable.

C’est un mélange de mystique ,  de surnaturel , de  contemporain,  de trivial, navigant entre croyance, réalité et doute, entre 1962 et 2017, entre Haïti et le Pensionnat de la Légion d’Honneur dans la Seine Saint Denis . Et vous apprendrez beaucoup sur le Vaudou car Bertrand Bonello a fait de très sérieuses recherches.

Pour lui, le zombie n’est pas une figure folklorique, c’est le souvenir persistant d’un préjudice effroyable, c’est l’effarante réalité de l’esclavage. Et il imagine les conséquences de l’arrivée d’une haïtienne, avec toute son histoire,   à la Maison d’Education de la Légion d’Honneur, créée  par Napoléon Ier  qui en même temps est revenu sur l’abolition de l’esclavage votée par  la Révolution, sous l’influence de Robespierre. Cette maison  a un cadre de conduite rigide, une exigence de la réussite, qui amèneront   certaines élèves plus rebelles à avoir besoin de se créer une existence parallèle.

Et vous n’oublierez pas les magnifiques images  des évocations du visage de sa femme par Clairvius, ou de celui de l’amoureux peut être imaginaire de Fanny…. 

Après-midi conviviale à Ambronay le 31 août

Pour le lancement de la saison 2019 – 2020

Toiles Emoi offre aux adhérents à jour de la cotisation 2018 – 2019 

une après-midi conviviale 

lesamedi 31 Août 2019.

Déroulement de l’après midi :

  • 14H. Rendez-vous devant l’abbaye d’Ambronay pour une visite guidée du village. Suivie du pot de l’amitié

————————————————————————————————————————

Réponse à donner avant le 26 Août

  • Au Ciné Festival à déposer dans la boite aux lettres.
  • Par mail : contact@toiles-emoi.fr
  • Au téléphone de Mr Martin Sisteron 07 70 58 90 83

Prix de la journée : Gratuit pour les adhérents de Toiles Emoi

5pour les autres.

Nom : ___________________                               Prénom : ________________

Nombre de participant Adhérent         : _____  x 0€ 

Nombre de participant non Adhérent : ______x 5€ = _______€

Règlement libellé à l’ordre de Toiles Emoi

La femme de mon frère, Monia Chokri

La femme de mon frère, de Monia Chokri.

La femme de mon frère est le 1erfilm de Monia Chokri mais celle-ci n’est pas une inconnue dans le monde du cinéma. En effet, cette jeune femme née à Québec en 1983 a suivi une formation au conservatoire d’art dramatique de Montréal jusqu’en 2005 et, après avoir fait du théâtre, a tenu des rôles importants dans les films de Denis Arcand et Xavier Dolan. Elle a notamment joué dans Les Amours imaginaires, et Laurence Anywaysaux côtés de Melvil Poupaud. On a pu la voir également dans le film de Katell Quillévéré, Réparer les vivants. En 2013, elle réalise son 1ercourt-métrage qui obtient de nombreux prix et cette année, elle a obtenu le prix Coup de cœur du jury de la section « Un certain regard » à Cannes pour le film de ce soir. 

Le point de départ à l’origine de ce film est la relation de la réalisatrice avec son propre frère et le souvenir du moment où celui-ci est tombé amoureux, et où elle a pu observer chez lui des comportements amoureux proches de ceux qu’il avait avec elle, sa sœur. Elle a voulu faire un film sur l’apprentissage de l’amour, sur la famille. L’actrice principale, Anne-Elisabeth Brossé, est peu connue en France mais très célèbre au Québec ; c’est aussi une amie de la réalisatrice qui a joué avec elle dans Les Amours imaginaires. 

Le film oscille constamment entre la comédie féministe sur les mésaventures d’une célibataire trentenaire surdiplômée et le film d’auteur par ses nombreuses références cinématographiques. On peut en effet repérer l’influence de Xavier Dolan, bien sûr certains critiques parlent même de film « dolanien » avec son énergie,  son montage rapide, ses séquences musicales, son univers coloré. Mais on peut aussi trouver des échos de l’œuvre de Godard ou encore d’Almodovar, au risque même d’obtenir un effet kaléidoscope qui nuit parfois à la cohérence du film. 

Mais n’oublions pas qu’il s’agit d’un premier long métrage et voyons s’il nous donne envie de découvrir les œuvres futures de Monia Chokri.