LES SURVIVANTS, de Guillaume RENUSSON le 9 février 2023

 

Guillaume RENUSSON est né au Mans en 1991, dans une famille très cinéphile. A 12 ans, il filme son petit frère Alexandre sur son smartphone et obtient au Mobile Film Festival le prix du meilleur Court Métrage tourné en une minute sur téléphone mobile. Par la suite, Il étudie les Lettres et le Droit puis intéressé par la chose politique, il part à Rennes faire Sciences Po. C’est à Rennes qu’il rencontre et se lie avec un groupe de réfugiés de l’Angola qui lui font découvrir le monde terrible de la migration et l’exil, et leurs propos marqueront durablement l’esprit du jeune homme. Puis à Paris, il passe un master d’écriture audiovisuelle

Sportif, il fait beaucoup de montagne dans le Val d’Aoste, dans les Alpes franco-italiennes où sa famille à un chalet.

Revenu dans sa ville natale, il décide avec un groupe d’amis et de professionnels de créer au Mans la CITE DU FILM, espace collaboratif dédié au cinéma et à l’audiovisuel, offrant locaux et équipement aux futurs producteurs et cinéastes. Et c’est dans cette cité du Film qu’il réalise «  Les Survivants » son premier long métrage, inspiré à la fois par son goût pour la Montagne et la Politique et sa prise de conscience de l’émigration.

Dans le rôle de Samuel, le mari endeuillé, vous allez retrouver Denis Ménochet, aussi excellent dans les Survivants que dans Inglorious Bastards, Grâce à Dieu, As Bestas ou Jusqu’à la garde. Ménochet nous précise qu’il ne faut surtout pas le prendre pour un acteur, il EST chacun de ses personnages, dans une réelle complicité avec les réalisateurs que ce soient Tarantino, François Ozon ou Sorogoyen.

Quant à Zahra Amir Ebrahimi, vous l’avez peut être dejà découverte dans « les nuits de Marhhad » prix d’interprétation féminine à Cannes 2022. Elle est née en Iran en 1981. Elle fait du théâtre et du cinéma à Téhéran, jusqu’à ce qu’un fiancé éconduit publie sur les réseaux sociaux des images libertines de leur couple. Menacée de prison et de 100 coups de fouet, elle s’enfuit à Paris où, polyglotte, elle tourne avec toutes sortes de réalisateurs européens ou orientaux, jusqu’à sa rencontre avec Guillaume Renusson qui lui confie de rôle de la réfugiée afghane. Le « fiancé », lui, a été condamné à 2 mois de prison … qu’il n