ADN, de Maïwenn, en avant-première le 08 octobre 2020

ADN, Maïwenn

Maïwenn est comédienne depuis l’âge de 5 ans (L’Année prochaine si tout va bien, de JL Hubert) et réalisatrice depuis l’âge de 28. Elle a notamment réalisé Le Bal des actrices  en 2009,  Polisse en 2011 et Mon roi en 2015.

Ce film est né dans des circonstances particulières : en 2019, M travaillait depuis 3 ans sur un projet consacré à Mme du Barry, un film en costumes, compliqué à financer, et qui ne pouvait pas aboutir dans un temps court. A ce moment, son producteur lui propose, en attendant, de partir sur un autre projet mois coûteux : c’est alors qu’elle ressort des notes accumulées de puis des années et qui sont la base d’ADN.

Elle a écrit le scénario avec Mathieu Demy, qui venait de perdre sa mère et qui avait envie, comme elle,  de s’exprimer sur le thème du deuil, de la perte d’un être cher. Ils ont écrit ensemble un texte qui n’était pas exactement un scénario, mais des scènes résumées avec seulement des fragments de dialogue, afin que les comédiens improvisent et s’approprient leurs personnages.

Le personnage central du film, est inspiré de son propre grand-père, tout comme le personnage qu’elle joue est inspiré d’elle-même, toutefois elle refuse le terme de film autobiographie. Maïwenn s’est certes passionnée à un moment pour la recherche de ses origines, mais cette quête identitaire est pour elle quelque chose qui concerne tout être humain et qui n’est pas uniquement une question nombriliste. Elle aimerait que les spectateurs tirent de la vision de son film des questions sur ce que leurs parents, leurs grands-parents leur ont transmis, et ce qu’ils ont eux-mêmes envie de transmettre. Cette question est aussi, selon elle, une manière de surmonter le deuil, de donner du sens à l’absence.

Maïwenn s’est entourée pour ce film d’un casting remarquable et parfois surprenant (Fanny Ardant, Louis Garrel, Marine Vatch, mais aussi Dylan Robert que l’on a vu dans Schéhérazade ou Alain Françon, metteur en scène de théâtre qui n’avait joué qu’un petit rôle dans Guillaume et les garçons). Mais je voudrais proposer un coup de projecteur sur une autre femme de l’équipe technique : Laure Gardette, qui a monté 4 autres longs-métrages de la réalisatrice et reçu le César du meilleur montage pour Polisse. Pour ce projet, elle a reçu de Maïwenn 150 heures de rushes (60 en moyenne sur les autres films qu’elle a montés), pour arriver à un premier montage de 5h30, puis un 2ème de 2h45. Sa complicité avec la réalisatrice lui permet selon elle de « révéler » des éléments inconscients. Elle raconte notamment le montage de la dernière scène du film, une scène tournée en Algérie pendant des manifestations, avec un Iphone, afin d’éviter les problèmes qu’aurait pu causer un matériel plus voyant. La monteuse ne savait pas bien ce que cette scène devait raconter, mais c’est la découverte d’une chanson d’Idir, chanteur Kabyle récemment disparu, qui a révélé le sens inconscient de cette scène, une chanson intitulée « Lettre à ma fille », et qui associée à ces scènes, a ému aussi bien la monteuse que la réalisatrice qui a eu l’impression de retrouver la voix de son grand-père.

Danièle Mauffrey