La vie invisible d’Euridice Gusmão, Karim Ainouz

  • Karim AINOUZ est né en 1966 dans le Nord-Est brésilien. Son père, émigré Kabyle venu chercher une meilleure vie au Brésil, séduit une jeune brésilienne, lui fait un enfant et abandonne mère et fils. Karim est élevé dans la famille de sa mère, une famille de mère, de grand-mères, de tantes et de sœurs, joyeuses et généreuses mais sous la totale domination des hommes, souvent violents, qui décident de tout sans contestation possible..
  • Karim fait de bonnes études, l’architecture à Brasilia, puis la peinture, la photographie. S’intéressant au cinéma expérimental, il part à New York, où il découvre la vie américaine. A partir de 1990, il assiste des cinéastes confirmés, réalise des documentaires puis se partage entre longs métrages (notamment Madame Sata, histoire vraie d’un bandit brésilien homosexuel noir) et créations d’ évènements dans des musées, installations où il mêle tous les arts.
  • En 2015,la lecture du roman de Martha Baralha « La vie invisible d‘Euridice Gusmao » racontant l’impossible émancipation de deux sœurs, lui fait remonter les souvenirs de sa propre enfance dans le nord-est brésilien ultra-conservateur , et subjugué, il décide d’en faire un « Mélodrame Tropical » qui mettra les femmes à l’honneur. Il veut que son fim soit chargé de sensualité, de musique, de larmes, de sueur et de mascara qui coule, de cruauté, de violence et de sexe, un film « sentimental et excessif » avec des couleurs saturées. L’histoire se déroulera à Rio dans les années 50 et le réalisateur fera un véritable travail d’archéologue, les maisons, les meubles, les vêtements, les plats, les ustensiles de cuisine, tout doit être rigoureusement authentique. Au tournage, il est avant tout le monde dans les décors, pour s’imprégner de l’atmosphère, et il appelle les acteurs du prénom de leurs personnages.
  • Le film a reçu le prix de la section Un Certain regard au Festival de Cannes 2019. Le réalisateur en a été très heureux, comblé par le succès du film au Brésil « presque aussi fier de ce prix Cannois que d’une coupe de football » et plus encore, dit il, de ressentir l’émotion des spectateurs à la sortie de la projection.