Bacurau de Kleber Mendonça Filho & Juliano Dornelles

Bacurau de Kleber Mendonça Filho & Juliano Dornelles

Prix du jury au festival de Cannes en 2019.

Né en 1968, Kleber Mendonça Filho vit actuellement à Recife au Nord-Est du Brésil
où il a passé son enfance.
• 2015 AQUARIUS – Scénariste et réalisateur
• 2012 LES BRUITS DE RECIFE

Né à Recife en 1980, Juliano Dornelles est membre fondateur du groupe de création ‘Símio Filmes’. En tant que chef décorateur depuis 16 ans, Juliano a commencé son partenariat avec Kleber Mendonça Filho en 2004 dans le court-métrage ELETRODOMÉSTICA.
Il a également été chef décorateur des films
• LES BRUITS DE RECIFE
• AQUARIUS.

Le pitch
Le village de Bacurau fait le deuil de sa matriarche Carmelita qui s’est éteinte à 94 ans. Quelques jours plus tard, les habitants remarquent que Bacurau a disparu de la carte.

L’idée du thème est venue à Kleber Mendonça Filho & Juliano Dornelles il y a plusieurs années. Cette idée était de situer l’action dans un petit village isolé du Sertao dans le Nordeste (région agricole tout en étant aride, peuplée malgré tout de 53 M de personnes et grande comme 3 fois la France.). L’idée du lieu, le village, était là mais pas encore de scénario. C’est au cours du festival du Brasilia qu’après avoir vu des documentaires et des fictions qu’ils ont l’idée, l’idée du « Et si… ».
Alors comment présenter un film si on ne peut parler des 3 petits points ? Tentons tout de même de relever le défi.

C’est un film d’anticipation
Anticipation – dans un film d’anticipation, ce qui coûte bien souvent le plus cher ce sont les effets spéciaux. Dans Bacurau, l’effet spécial qui a couté le moins cher du film se résume à la phrase « Dans un futur proche » de manière à vous inviter à chercher ce qui est futuriste. Ce futur proche, au fur et à mesure que le film se tournait, devenait réalité par à cause de la survenue d’évènements au Brésil (violence, corruption, accès à la santé…)
C’est un drame
Drame – Dans le festival de Brasilia, comme dans certainement beaucoup de festivals, les contradictions sociales sont criantes. Les réalisateurs ont décidé de parler de personnes vivant dans un petit village pauvre et isolé, méprisées par les urbains et les puissants qui les voient comme des êtres fragiles. Pourtant la vie dans ce genre de village est complexe et enrichissante. Ces habitants pourraient bien se venger.

C’est un thriller
Thriller – de la tension, du suspense. On est en haleine.

C’est surtout un western.
Western – Comme dans une majorité de westerns, il a une ville, un village et des héros, des braves qui se manifestent, des victimes, des méchants, de la violence.

Mais c’est aussi un style typiquement brésilien : le cangaço . La cangço a été une forme de banditisme social dans le Nordeste de la fin du XIXème siècle et début du XXème , et a été beaucoup exploré par le cinéma brésilien des années 1950 et 1960.

Comme vous pourrez le voir, cette région du Nordeste a passionné les réalisateurs brésiliens. Walter Salles avait tourné en 1997 CENTRAL DO BRASIL dans la même région du Nordeste. Cependant en 1997, il y avait beaucoup de trace des années 60, 70 et 80 et donc une certaine nostalgie. Ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, la société mondialisée dominée par la production chinoise est passée par là. Pour un film d’anticipation pas besoin de faire beaucoup d’effort de décors et d’accessoires même si…

Le titre.
Bacurau : oiseau crépusculaire et nocturne, appelé en français « engoulevent » qui a la particularité de se confondre avec les arbres dans lesquels il se repose. Il choisit de n’être visible que s’il l’a décidé. On pourrait dire de manière plus générale que le mot bacurau évoque une aventure nocturne.

La musique a été pensée de manière à marquer le début d’un nouveau chapitre ou l’annonce que quelque chose de très étrange va arriver. La musique est toujours au service du film, elle est là pour renforcer, jamais pour combler.

Je ne parlerai pas des acteurs car c’est avant tout un film choral.

Voici les ingrédients, je vous laisse profiter de la cuisine réalisée par Kleber Mendonça Filho & Juliano Dornelles.

Avant de vous quitter, tradition oblige, le petit mot lié au film de ce soir est :cachaça.