Lourdes

Lourdes est un des pélerinages chrétiens les plus fréquentés au monde; chaque année plus de 3 millions de pélerins s’y rendent depuis qu’en 1858 Bernadette Soubirous a assisté à plusieurs apparitions de la Vierge.La vie de Bernadette a fait l’objet d’adaptations au cinéma, de nombreux documentaires se sont emparés du sujet.Des films de fiction ont été tournés à Lourdes: on se rappelle  » Miraculé  » de J.P.Mocky ou plus récemment « Lourdes  » avec Sylvie Testud, Léa Seydoux sorti en 2011.Toutefois dans cette moisson de films, le documentaire que nous allons voir marque une date: tout d’abord c’est le 1er documentaire sur Lourdes (à la grande surprise des cinéastes quand ils ont fait les recherches ), et surtout c’est la 1ère fois qu’un film s’intéresse aux pélerins et à leurs accompagnateurs.

Il a été tourné par Thierry Demaizière et Alban Teurlai.il s’agit du 3ème film de ces réalisateurs très éclectiques: en effet après s’être intéressés à la danse dans « Relève: histoire d’une création » consacré au danseur et chorégraphe Benjamin Millepied, ils ont signé en 2016 un portrait de Rocco Siffredi.Thierry Demaizière s’est fait connaître à la TV dans le cadre de l’émission du dimanche de TF1″ Sept à huit ».

Durant 10 mois ils sont allés à la rencontre des malades et des bénévoles qui les accompagnent et veillent sur eux .On compte 3 bénévoles par personne.Leur projet est né d’un récit fait par une de leurs amies qui revenait de Lourdes où elle avait officié en tant qu’hospitalière.En l’écoutant, ils ont pensé qu’il y avait là matière à un documentaire pour le cinéma.Ils ont demandé à 3 enquêtrices d’appeler tous les diocèses pour faire part de leur projet, leur souhait étant de suivre des pélerins aux origines sociales et hexagonales très diverses et dont les destins ont une valeur universelle.

Etant donné l’afflux de pélerins »Lourdes est une organisation militaire » selon leurs propres mots, les horaires sont millimétrés.Les réalisateurs ont suivi le déroulement d’une journée-type pour structurer leur film; uns dizaine de pélerins de tous âges, de tous horizons ont été filmés.Tout a été enregistré sur place y compris les voix et les chants.

Sur le plan techn ique, dans la séquence d’ouverture, ils utilisent de très gros plans mais la plupart du temps ils privilégient les plans rapprochés afin d’être très près des gens.Les quelques plans larges sont toujours des plans de foules ou des plans sur la cathédrale, ce qui donne une idée de fourmillement et de gigantisme de la ville.

Avant de filmer, les cinéastes se sont posé un certain nombre de questions.Comment approcher la détresse sans l’exploiter? Comment saisir l’espoir , venu chercher, sans le dénaturer ? Ils ont répondu à ces interrogations en filmant toujours à une distance respectueuse et en soignant particulièrement les cadres , la photo elle-même, le montage » C’est une façon de rendre honneur aux gens que nous avons filmés » dit T.Demaizière.

ils n’ont pas voulu faire un film sur l’Eglise , sur la religion.Alban Teurlai se dit athée et T.Demaizière agnostique.Ce n’est pas non plus un brûlot anticlérical tant ils respectent la croyance intime.Ce n’est pas non plus un pamphlet contre la débauche commerciale, rapidement évoquée.« C’est un film sur la condition humaine » disent-ils.ils ont souhaité cerner les contours de la souffrance solidaire.Cette solidarité, parmi les bénévoles également, est d’autant plus frappante, qu’ailleurs elle se fait plus rare.La mise en scène délicate atténue les lourdeurs des invalidités que trop souvent nous ne voulons pas voir, nous qui sommes accoutumés à la dictature de l’apparence.

Selon les cinéastes, il suffit de poser ses caméras à Lourdes pour découvrir un lieu où le regard est bienveillant,un lieu où l’on trouve l’apaisement à défaut du miracle, un lieu qui redonne espoir.

Rarement documentaire n’aura dégagé une telle force.Devant le succès rencontré auprès du public, la société de production a d’ailleurs décidé de doubler le nombre de copies.

Denise Brunet