Pearl d’Elsa Amiel

Comme chaque année, en partenariat avec la MJC, nous célébrons ce soir, avec un peu d’avance, la journée internationale des femmes.A quand l’égalité complète pour que cette journée n’ait même plus lieu d’être ?… A l’origine, cette date a été choisie en souvenir des manifestations des ouvrières en Russie le 8 mars 1917, et il a fallu attendre 1962 pour que la France ait sa journée internationale des droits des femmes.L’exposition à la MJC nous rappelle tout cela et je ne peux que vous encourager à aller la voir , c’est vraiment intéressant.

Tout naturellement, ce soir nous nous sommes tournés vers une réalisatrice:Elsa Amiel, âgée de 40 ans, qui , dans son 1er film: Pearl, dresse un beau portrait de femme.Certes,elle interroge une représentation atypique de la féminité.L’action du film se déroule dans un univers surprenant, peu représenté au cinéma, très codifié, et sur lequel on ne peut s’empêcher d’avoir beaucoup de préjugés: celui du culturisme féminin .

Elsa Amiel a eu l’idée de ce film en découvrant le travail du photographe allemand Martin Schoeller, sur des femmes américaines pratiquant le bodybuilding.Ces photos exerçaient sur elle un mélange de répulsion et de fascination.

La thématique du corps a toujours intéressé la réalisatrice, son 1er court-métrage: » Faccia d’Angelo« , était centré sur le corps d’un ancien champion de boxe. Le père d’Elsa était mime et elle dit avoir toujours été captivée par le travail du corps.Sa caméra détaille des plans serrés pour, dit-elle, »faire parler le corps ».

Pour une femme, s’adonner au culturisme semble synonyme de négation de sa féminité, mais en allant à la rencontre des athlètes , en se rendant à des compétitions, Elsa Amiel a découvert une sensibilité, une vulnérabilité, qu’elle ne soupçonnait pas.

Dans le film, elle a voulu explorer les différentes formes de la féminité que sont l’apparence, la soi-disant faiblesse, la maternité. Léa Pearl est jouée par Julia Föry,une authentique bodybuildeuse, elle a 28 ans et c’est bien -sûr sa première apparition au cinéma.

Le tournage, qui s’est déroulé principalement à Villeneuve d’Ascq, dans les Hauts de France, a dû s’adapter à l’entraînement drastique de l’athlète: 3 séances par jour, soit 6 heures de travail quotidien.On remarquera que les murs des chambres d’hôtel où sont logés les culturistes sont recouverts de plastique afin de protéger ces murs de l’espèce de fond de teint huileux qui recouvre le corps des athlètes.Ils ont d’ailleurs beaucoup de mal à l’ôter de leur peau….

Pour entrer dans ce monde, qui n’est pas fait que de paillettes, Fred Avril a composé une musique électronique assez austère.

Je vous souhaite d’apprécier ce portrait de femme qui pratique une discipline méconnue chez nous.

Denise Brunet