Les Frères Sisters de Jacques Audiard

C’est à un western atypique que nous vous convions.Jacques Audiard, le réalisateur de « 120 battements par minute », de Deephan, qui a remporté la palme d’or à Cannes en 2015, de »De rouille et d’os » pour ne citer que ses films les plus récents, J.Audiard , oh surprise ! signe son 1er film américain.

Il l’a tourné avec des comédiens américains parce que , dit-il, « c’est leur histoire, leur culture »; et c’est d’ailleurs à l’initiative d’un acteur américain John Reilly, qui joue l’aîné des frères Sisters dans le film.En effet J.Reilly a souhaité qu’Audiard adapte le roman du CanadienPatrick De Witt intitulé : Les Frères Sisters.:il met en scène des tueurs à gages au service d’un parrain local: le Commodore.

Dans une première partie , le réalisateur respecte les conventions du western: dans les années 1850, en pleine ruée vers l’or, des hommes forts , courageux, poussiéreux, chevauchent l’ouest américain de l’Oregon à la Californie (en fait le film a été tourné en Espagne et en Roumanie , mais on s’y croirait).On est alors plongé dans un Far West impitoyable.

Puis les frères rencontrent leurs cibles : un autre tandem dont on suit en parallèle le chemin vers la Californie.Cette rencontre va provoquer un changement de ton, une parenthèse utopique, inédite dans un western.Les personnages vont se parler , se questionner,écrire, lire, tout cela est étranger au genre western. Audiard va explorer la relation complexe entre les 2 frères et , selon lui, le film évolue vers un conte intimiste sur la fraternité, l’amitié.On remarquera dans le générique la dédicace au frère aîné du réalisateur ,décédé.

La musique composée par Alexandre Desplat suit cette évolution: on passe d’une musique heurtée, jouée notamment, sur un violon électrique, à des sonorités plus harmonieuses.A.Desplat est un compositeur de talent, il a reçu l’an dernier l’Oscar pour la musique du film  » La forme de l’eau ».

Denise Brunet