Archives mensuelles : septembre 2019

Roubaix , une lumière

Nous vous proposons ce soir le 13ème film d’Arnaud Desplechin, tourné dans sa ville natale : Roubaix, comme nombre de ses films précédents , parmi les plus récents , on peut citer »Un conte de Noël » sorti en 2008, « 3 souvenirs de ma jeunesse » en 2015,« Les fantômes d’Ismaël » en 2017, tous réalisés autour de la maison d’enfance.

A.Desplechin s’est d’abord employé à fuir cette ville , avant d’éprouver le désir de porter un nouveau regard sur elle.Chacun de ses films poursuit ses retrouvailles avec Roubaix.

Dans ce long métrage, il voit la ville à travers les rondes quotidiennes d’un commissariat.Il semble délaisser le romanesque , l’autobiographie pour s’aventurer dans le polar social.A1ère vue, on pense qu’il va quitter ses thèmes de prédilection , mais ce n’est qu’une impression.Desplechin a toujours eu le goût pour le mystère , l’enquête.

Dans ce 1er film policier, il explore un fait divers vrai survenu en 2002.Avec cette matière extraite du réel, il fait une fiction; selon lui « la fiction gagne à être un miroir possible du réel ».Il s’est inspiré d’un documentaire diffusé en 2008 sur France3 , intitulé« Roubaix , commissariat central, affaires courantes  » de Mosco Boucault.Ce documentaire avait d’ailleurs fait sensation.Le film de Desplechin lui reste fidèle dans son découpage.Dans la 1ère partie du film , on suit les pas du commissaire Daoud et de son équipe, confrontés à la misère sociale et humaine de la ville.

Le réalisateur a choisi Roschdy Zem pour incarner Daoud, ce policier aguerri, solitaire , taciturne, doué d’une extrême compassion.Son interprétation, empreinte de dignité, de réserve, mais aussi d’un impressionnant charisme est saluée par tous ceux qui ont vu le film.Il n’a jamais aussi bien joué dit-on.Et là où Daoud paraît , la lumière s’allume ! Son savoir-faire d’enquêteur fait corps avec la ville.

. »Daoud est un oeil, une oreille  » dit de lui le réalisateur.Il est aidé par louis, joué par Antoine Reinartz, remarqué dans  » 120 battements par minute » , il avait d’ailleurs reçu le César du meilleur acteur dans un second rôle.Antoine Reinartz a un rôle délicat, celui d’un personnage maladroit, observateur, rôle dont il s’acquitte à merveille.Pour compléter le casting, ajoutons Léa Seydoux, Sara Forestier qui forment un couple de marginales.

Le jeu déployé par tous ces acteurs aurait mérité d’être salué à Cannes.Le travail de la chef-opératrice Irina Lubtchansky qui fait se côtoyer la lumière et l’ombre avec beaucoup de délicatesse est tout aussi remarquable.Dans chaque plan nocturne se devinent des lueurs porteuses de mystères .Présenté en compétition au dernier festival de Cannes, le film n’a cependant obtenu aucune récompense.

D’un univers de chômage, de misère, Arnaud Desplechin a su faire une oeuvre humaniste.Il y a des films, des scènes que nous gardons en mémoire longtemps après les avoir vus « Roubaix, une lumière » est , paraît-il , de ceux-là.

Denise Brunet

« 

Un havre de paix de Yona Rozenkier

Un havre de paix de Yona Rozenkier.

On ne compte plus les films où le conflit israélo-palestinien est en toile de fond.

On peut malgré tout citer quelques films qui sont passés ces dernières années dans les séances toiles émoi  :

  • Une bouteille à la mer (Thierry Binisti en 2010) : une jeune française installée à Jérusalem écrit une lettre suite à un attentat. Lettre qu’elle met dans une bouteille qu’elle jette à la mer et qui est ouverte par un certain gazaman.
  • Le fils de l’autre (Lorraine Levy en 2012) : Joseph apprend peu de temps avant de rentrer dans l’armée israélienne qu’il n’est pas le fils bilogique de ses parents juifs mais qu’il a été échangé à la naissance et qu’il est en fait palestinien.
  • Mon fils (Eran Riklis en 2015) : un brillant palestinien intègre un lycée juif d’excellence. Il sympathise avec un garçon atteint d’un grave maladie. Il se rapproche de la famille de ce dernier.
  • Tempête de sable (Elite Zexer en 2016) : l’amour entre une étudiante palestinienne et un étudiant juif.
  • Foxtrot (Samuel Maoz en 2017) : une bavure le long de la frontière israélo-palestinienne va faire tomber les masques d’un famille entière.

Le film de ce soir est réalisé par Yona Rozenkier. Il est né 1981 au kibboutz Yehiam au nord d’Israël. Il y a grandi et y a travaillé comme fermier, avant d’étudier le cinéma à l’université de Tel Aviv. Il a réalisé des courts métrages, puis c’est un de ses producteurs qui lui a conseillé de faire un long métrage. L’idée a rapidement germé et « un havre de paix » était né.

C’est l’histoire de 3 frères qui se retrouvent dans le kibboutz de leur enfance pour enterrer leur père. 2 jours plus tard, le plus jeune frère doit partir dans à la frontière où un conflit a éclaté. L’ainé et le cadet s’opposent, le premier veut l’endurcir, le second veut tout faire pour qu’il ne parte pas.

L’histoire est inspiré de la vie du réalisateur. Il tellement voulu que ce soit proche de lui qu’il a demandé à ses frères de jouer avec lui les rôles des frères.

Un kibboutz, un havre de paix ? Le kibboutz qui est présenté et peut paraître irréel est bien réel, il existe.

En revanche la guerre n’est jamais montrée, elle est toujours hors-champs. En revanche on l’entend.

Yona Rozenkier n’aime pas les films de guerre, les films sur la guerre réalisés par Zak Snyder ou Clint Eastwood où les soldats sont des héros. Il préfère aborder le poids terrible de la culpabilité et du doute, de personnes tiraillées par la pression machiste et sociale, de la honte d’avouer des blessures invisibles. Il va même jusqu’à parler de « virilité toxique ». Souvenez-vous, dans Foxtrot le machisme de la société israélienne était également très présent.

Ne soyez pas surtout pas anxieux il y a aussi des vrais moments d’humour burlesque et de rires sont là mais pour quels effets ?

Comme le dit le réalisateur :

« À sa création, Israël était un pays athée et séculaire où des femmes, comme la tante dans le film, se battaient pour l’indépendance. Le droit d’existence d’Israël ne doit pas devenir un droit religieux mais rester le droit laïc d’un peuple qui a été persécuté et qui, comme les Palestiniens, a droit à une terre. »

Nouveauté : dorénavant, j’essaierai dans mes présentations j’essaierai de m’imposer un dernier mot ayant un rapport très fort avec le film, ce soir ce sera : tuyau d’arrosage.

Bonne séance.

Philippe Malinge

So long, my son, de WANG Xiaoshuai

Même si les vacances se terminent, c’est à un long voyage que nous invitons ce soir. Un voyage de 3h ensemble dans cette salle, mais surtout un voyage de plus de 30 ans dans la Chine des années 80 à nos jours. 

Le réalisateur, Wang Xiaoshuai, est né en 1966 à Shanghaï et a étudié son art à l’académie de cinéma de Pékin. So long, my son est son 13èmelong métrage.

Le talent du réalisateur, grâce auquel ces 3h pourraient vous paraitre bien courtes, c’est de nous raconter l’histoire de son pays à travers le prisme d’un couple confronté à la politique de l’enfant unique, qui a régné en Chine de 1979 à 2015. Ce couple modeste et exemplaire montre, pour le réalisateur, que les Chinois ne sont pas maîtres de leur vie, ayant pris l’habitude, pour des raisons politiques, de faire primer le collectif sur les destins individuels. Il a trouvé important de s’intéresser à cette génération sacrifiée de parents d’enfants uniques et d’observer en quoi cette politique a pu influencer le cours de leur vie. 

Mais il nous fait aussi assister à l’évolution de la Chine : la désindustrialisation et la transformation des villes chinoises. Pour nous retracer ces 30 ans, il adopte une construction en forme de puzzle, nous faisant passer d’une époque à une autre sans continuité linéaire, ni dans le temps ni dans l’espace. Cette construction lui a paru nécessaire afin de réussir à concentrer ces 30 années en 3h, même si elle peut paraître déroutante, il la justifie ainsi : « Je suis bien sûr conscient que ma structure en puzzle fait passer le spectateur par des zones de flou, des moments d’incertitude, mais ces incertitudes sont levées ensuite et n’empêchent pas de ressentir les émotions au présent de chaque séquence : c’est-à-dire les souffrances des personnages, les difficultés et vicissitudes de l’existence ».Vous prendrez conscience de la richesse de cette structure dès la séquence d’ouverture, qui nous montre successivement le même lac à 2 époques différentes, et nous permet de comprendre sans nous le montrer qu’un drame a eu lieu. 

Ce film est donc à la fois une grande fresque historique, dont les détails et les reconstitutions ont été particulièrement soignés, et permettent aux Chinois au moins, de reconnaître chacune des époques évoquées sans nécessiter d’explications. Mais c’est aussi un grand mélodrame pudique, parfaitement incarné , sans démonstration excessive, par 2 acteurs qui ont reçu tous deux l’ours d’argent pour leur interprétation au festival de Berlin. Le réalisateur les a choisis car ils ont la 50aine et ont eux-mêmes connu cette époque, si bien qu’il leur a surtout demandé de laisser apparaître leur propre ressenti sur  cette période et cette politique.

Un dernier mot sur le titre du film, qui peut agacer : encore un titre anglais non traduit, et pour un film chinois : quel intérêt ? Eh bien pour cette fois, on peut admettre que le choix est justifié car le français n’a pas l’équivalent de cette formule « so long » qui exprime à la fois l’idée d’un au-revoir, mais aussi d’une durée sans  délimitation. 

N’hésitez donc pas à vous laisser porter par les faits racontés et les émotions qu’ils procurent.